Nouvelles citations dans la base de données : spécial Area 51 !

A défaut d’écrire un article sur ce manga qui est tout simplement génial, (Vous pouvez en lire un ici par l’ami Meloku) je vous propose de découvrir les citations d’Area 51 qui m’ont le plus marqués et il y en a un paquet vu la qualité globale du manga. Au lieu de de réussir à sortir plus d’articles de fond par manque de temps et de motivation, j’essaye de produire un peu plus de contenu léger dont des citations que j’adore, j’espère que vous apprécierez !

 

« Ici, ça s’appelle pas « pousser le bouchon », loin s’en faut. »

« Tu sais, McCoy. Telles que je me les imagine, les gonzesses, elles se nettoient le visage avant de briquer leur pétard. En plus, tu t’y prends comme si tu faisais une gâterie à ton Jules. »

« Arrête de te biler pour les mauvaises raisons, ça me gâche le goût de mon verre. »

Area-51-Planche

« Ça n’apporte jamais rien de bon de s’accrocher aux morts. »

« Qui je flingue, c’est moi que ça regarde. »

« Ici, ça fleure bon la décadence, le stupre et les ordures… Un vrai bout de Paradis ! »

« J’ai été créée pour satisfaire des appétits charnels, pas pour savoir me tenir à table. »

area51_02_03

« Ce qu’on me demande, à moi, c’est d’avoir du doigté avec un autre type de baguette. »

« Oh putain !! T’es le Père Noël, mec ? Le vrai de vrai ?! Et moi qui me disais qu’il fallait être une sacrée baltringue pour s’habiller tout en rouge… »

« Si la situation n’était pas grave, crois-tu que je m’infligerais le spectacle de ton visage de putain ? »

« Onigiri ? C’est quoi, ça ? Une marque de pompes ? »

Grateful-Dead-Jabberwocky-Nobunagan-Area-51-

« N’oubliez pas les douceurs, surtout. Les bouts de papier avec plein de zéros dessus sont mes préférées. »

« Onigiri, Omusubi… C’est la même différence qu’entre « Biroute » et « Braquemard », si tu me permets cet exemple. »

« Il se trouve que je suis pressé. Vous me permettrez donc de m’en remettre à ma lame pour vous faire entendre raison ! »

« Retiens bien ceci : En ce bas monde, vivre, c’est marcher en pleine nuit sur un chemin aussi étroit qu’une lame de rasoir. »

« Comment je peux te tuer, si tu te barres ? »

h168_169-thumb.2

 


Citation au hasard !


La traduction française est assurée par une équipe de choc, à savoir Wladimir Labaere et Ryôko Sekiguchi !

Posté le 20 novembre 2015 à 15:30 par freedommaner

comments powered by Disqus